?php do_action('gavernwp_body_attributes'); ?>>

Historique

UNE QUATRIÈME DÉCENNIE D’ACTIVITÉ
Les origines
Vers 1975, un bon nombre d’organismes musicaux fonctionnaient régulièrement à Joliette : un centre culturel dont dépendait la présentation des concerts, plusieurs écoles de musique, trois orchestres de jeunes, un camp musical d’été, un concours de musique régional, des chorales… un environnement musical était en place et attendait quelque chose de plus. En 1977, une occasion se présente au directeur du Centre culturel, le Père Fernand Lindsay, Clerc de St-Viateur, de risquer trois concerts de l’Orchestre symphonique de Montréal pendant l’été, dans la Cathédrale de Joliette. L’accueil du public joliettain est bon. C’est le temps d’aller plus loin. Se souvenant des festivals qu’il avait fréquentés en Europe, quelques années auparavant, le Père Lindsay voit que le moment est venu de réaliser ce dont il avait rêvé.

1979 Affiche

L’envol
À l’été 1978, le Festival commence! On offre huit concerts à la mémoire de Schubert à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort. Cet été-là consacre l’avènement d’une nouvelle étoile de la musique, la violoniste lanaudoise Angèle Dubeau alors âgée de 16 ans. L’année suivante, le festival acquiert une autre envergure en présentant certains de ses 35 concerts à l’extérieur de Joliette, dans plusieurs des belles églises de la région de Lanaudière et au Camp musical de Lanaudière, au lac Priscault, à St-Côme. Dès 1979, le Festival s’est donné une structure légale et un premier conseil d’administration. Le Père Lindsay, ses collaborateurs et administrateurs du Festival, en particulier Marcel Masse, René Charette et Paul Dupont-Hébert, espèrent rapidement une reconnaissance internationale, comparable à celle des grands festivals. Ils souhaitent « créer un lieu où la belle musique, interprétée par les meilleurs artistes, rassemblera le plus de gens possible ». Les années qui suivent sont marquées par la présence de solistes et d’ensembles de grande envergure. Le public se déplace, vient de plus en plus loin et de plus en plus nombreux dans ce coin de pays où c’est la fête de la musique.

Une stature internationale
Avec les années, le Festival élargit progressivement son rayonnement, s’attirant les éloges de la critique et des mélomanes. Rapidement le Père Lindsay, directeur artistique du Festival, a pu dire et écrire : « Le Festival est vraiment devenu international. » Marilyn Horne, Frederica von Stade, Rudolf Nureyev étaient déjà passés à Joliette !

Et le Festival devient le plus grand festival de musique classique au Québec. Il se classe sur un pied d’égalité avec les manifestations du même genre en Europe et aux États-Unis. Sa saison estivale est dorénavant un événement catalyseur de l’énergie artistique et culturelle du Québec. Sa clientèle vient de partout. En 1987, les médias font état de plusieurs milliers de personnes ; au terme de ses 74 activités, il enregistrera 15 % plus d’entrées que prévu. La saison 1988 constitue un nouveau sommet dans l’histoire du Festival, avec 72 événements étalés sur deux mois, et 2000 artistes venant d’une quinzaine de pays. Et un public encore plus nombreux. « La musique, l’été, c’est à Joliette que ça se passe », note Fernand Lindsay. De plus en plus de mélomanes le pensent aussi.

Un Amphithéâtre exceptionnel
Le Festival devient un véritable moteur de développement touristique et économique pour toute la région de Lanaudière. Mais il lui manque un outil indispensable pour accomplir pleinement sa vocation : un amphithéâtre extérieur. « Sa construction », affirme René Charette, président du Conseil, « représente une chance inouïe de conquérir un peu plus notre marché culturel en créant un centre d’excellence. »

Le Festival prend donc un tournant décisif en 1989 avec ce nouvel amphithéâtre qui peut accueillir 2000 personnes sous le toit, et 6000 sur les pelouses. Plusieurs artistes et plusieurs critiques musicaux qui ont vu tous les autres équipements du genre aux États-Unis ne tarissent pas d’éloges sur l’amphithéâtre de Lanaudière, en particulier sur sa réussite acoustique.

L’architecte Michel Gallienne, et ses collègues, le scénographe Yvon Sanche et l’acousticien Lionel J. Lortie, tous trois de Québec, ont vraiment créé une merveille ; et de l’avis de tous, le cadre est enchanteur. « La musique s’est fait un nid dans Lanaudière et il en sortira de grandes choses », dit le Père Lindsay le soir de l’inauguration de l’édifice.

Une histoire de succès et de fidélité
Avec la nomination d’une co-directrice artistique, Louise Forand-Samson, et d’un nouveau directeur général, François Bédard, les années 1990 consolident toujours davantage les succès antérieurs. La qualité des concerts est toujours maintenue, la participation populaire et la notoriété ne cessent de s’accroître de même que l’enthousiasme des critiques et des mélomanes. Le Festival international de Lanaudière s’est taillé une place enviable et un créneau original parmi les hauts lieux de diffusion musicale.

Destination incontournable pour les amateurs de musique classique, le Festival s’inscrit désormais au coeur du parcours des plus grands musiciens et ensembles du monde. Il a accueilli et continue d’accueillir :

– de grands chanteurs, dont Cecilia Bartoli, Marilyn Horne, Frederica von Stade, Deborah Voigt, June Anderson, Ewa Podles, James Morris, Dmitri Hvorostovsky, Ben Heppner, Richard Margison, Karita Mattila, Karina Gauvin, Magdalena Kozena, Marie-Nicole Lemieux, Frédérique Antoun, Suzie LeBlanc, Dawn Upshaw, Jamie Barton, Phillip Addis, Quinn Kelsey, Jennifer Larmore, Susan Platts, Anthony Dean Griffey, Sondra Radvanovsky, Russel Thomas ;

– de grands solistes, dont Itzhak Perlman, Maxim Vengerov, Vadim Repin, Mstislav Rostropovitch, Angèle Dubeau, Michel Dalberto, James Ehnes, Vlado Perlemuter, Till Fellner, Anton Kuerti, Alicia de Larrocha, Gidon Kremer, Marc-André Hamelin, Emmanuel Ax, Alisa Weilerstein, Alain Lefèvre, Mitsuko Uchida, Antoine Tamestit, Alexander Melnikov, Midori, Baiba Skride, Catrin Finch, Rachel Barton Pine, Johannes Moser, Gabriela Montero, Nicholas Angelich, Alina Ibragimova, Viktoria Mullova, Piotr Anderszewski, Mihaela Ursuleasa, Pieter Wispelwey, André Laplante, Lars Vogt, Benedetto Lupo, Kristian Bezuidenhout, Jonathan Biss, Jennifer Koh, Cédric Tiberghien, Ronald Brautigam, Christian Tetzlaff, Leif Ove Andsnes, Beatrice Rana ;

– des ensembles de musique de chambre réputés, dont le Lindsay String Quartet, le Gryphon Trio, le Wiener Klaviertrio, le Quatuor Wilanow, le Quatuor Orford, le Tokyo String Quartet, le Quatuor Erato, le Cleveland Quartet, le Vermeer Quartet, le Quatuor Zemlisnky, le quintette à vents Pentaèdre, le Quatuor Modigliani ;

– de grands chefs : Yannick Nézet-Séguin, Kent Nagano, Charles Dutoit, Paavo Järvi, Ivan Fisher, Bernard Labadie, Sir Neville Marriner, Jacques Lacombe, Stanislaw Skrowaczewski, Eliahu Inbal, Julian Kuerti, Fabien Gabel, Jean-Marie Zeitouni, Frieder Bernius, Jean-François Rivest, Franz-Paul Decker, Gregory Vajda, Manfred Honeck ;

– et de grands orchestres et chœurs, comme l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre Métropolitain, The Philadelphia Orchestra, Les Violons du Roy, The Pittsburgh Symphony, Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, The Academy of St-Martin-in-the-Fields, The Budapest Festival Orchestra, Kremerata Baltica, Europa Galante, The Australian Chamber Orchestra, l’Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa, Concerto Köln, le Vancouver Chamber Choir, Kammerchor Stuttgart ;

Père Fernand Lindsay, c.s.v., Ph.D.
Fondateur
Dès son jeune âge, le Père Fernand Lindsay commença l’étude de la musique. Membre de la communauté des Clercs de St-Viateur, il fonde et anime plusieurs organisations musicales et culturelles parallèlement à son enseignement. S’il fut « l’étincelle » qui a fait naître le Festival international de Lanaudière, il est aujourd’hui la flamme qui anime un événement international de musique. L’Amphithéâtre de Lanaudière est la concrétisation de son rêve de rendre accessible la « belle musique » au grand public. Le Père Fernand Lindsay est membre de l’Ordre du Canada et médaillé de l’Ordre du Québec, récipiendaire du Prix de l’excellence touristique du Québec et premier récipiendaire national du prix Lescarbot du Canada. En novembre 2002 il reçoit le Prix du Gouverneur Général du Canada (Ramon John Hnatyshyn). En juin 2003, la faculté de musique de l’Université McGill lui a décerné un doctorat honorifique.

Décédé le 17 mars 2009, le Père Fernand Lindsay demeure une source d’inspiration pour l’équipe du Festival de Lanaudière.

En juillet 2010, l’Amphithéâtre de Lanaudière était renommé Amphithéâtre Fernand-Lindsay afin de rendre hommage au fondateur du Festival.

PRIX ET DISTINCTIONS DÉCERNÉS AU FESTIVAL DE LANAUDIÈRE
2013

Prix Concert de l’année – Musique romantique, postromantique, impressionniste décerné dans le cadre du 17e Gala des Prix Opus.
2012
Lauréat régional dans le cadre des Grands Prix du tourisme québécois.
Excelsior spécial remis au Gala de la Chambre de commerce du Grand Joliette.
Finaliste au concours Mercuriades dans deux catégories « Contribution au développement économique et régional » et « Développement durable ».
2011
Prix Événement musical de l’année 2011 décerné dans le cadre du 15e Gala des Prix Opus.
2010
Prix Concert de l’année – régions 2010 décerné dans le cadre du 14e Gala des Prix Opus.
2009
Lauréat Bronze dans le cadre des Grands Prix du tourisme québécois.
2007
Prix Diffuseur de l’année 2007 décerné dans le cadre du 11e Gala des Prix Opus.
2004
Lauréat Or dans le cadre des Grands Prix du tourisme québécois.
2003
Lauréat régional dans le cadre des Grands Prix du tourisme québécois.
2001
Prix Hommage décerné dans le cadre des 10e Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière.
1999
Prix des Arts Maximilien-Boucher décerné par la Société nationale des québécois.
1998
Prix Concert de l’année en région 1998 décerné dans le cadre du 2e Gala des Prix Opus.
Prix Événement touristique décerné par le ministère du Tourisme dans le cadre du Gala des Grands Prix du tourisme québécois.
1997
Prix Concert de l’année en région 1997 décerné dans le cadre du 1er Gala des Prix Opus.
1993
Prix de l’Événement touristique décerné par le ministère du Tourisme dans le cadre du Gala des Grands Prix du tourisme québécois.
1989
Prix régional de l’Événement touristique décerné par le ministère du Tourisme dans le cadre du Gala des Grands Prix du tourisme québécois.
1988
Finaliste dans la catégorie touristique, décerné par la Chambre de Commerce du Grand Joliette, dans le cadre du Gala des Excelsiors.
Prix Raoul-Charrette décerné par la Société nationale des québécois.
1987
Prix de l’Événement touristique décerné par le ministère du Tourisme dans le cadre du Gala des Grands Prix du tourisme québécois.
Certificat mérite en qualité de finaliste dans la catégorie touristique, remis par la Chambre de Commerce du Grand Joliette, dans le cadre du Gala des Excelsiors.
1986
Prix régional de l’Événement touristique décerné par le ministère du Tourisme dans le cadre du Gala des Grands Prix du tourisme québécois.
1985
Lauréat régional de la Promotion touristique dans le cadre du Gala des Grands Prix du tourisme québécois.

PRIX ET DISTINCTIONS DÉCERNÉS À LA PERMANENCE DU FESTIVAL DE LANAUDIÈRE
2012

Prix Robert P. Morin 2012 remis à monsieur François Bédard, directeur général, par l’Ordre des Administrateurs agréés du Québec.
Premier Prix Gestionnaire culturel de l’année remis à monsieur François Bédard, directeur général, par HEC Montréal.
2009
À titre posthume, Père Fernand Lindsay est intronisé au Panthéon canadien de l’art lyrique.
2003
Prix Hommage remis au Père Fernand Lindsay par Festivals et Événements Québec.
Doctorat en musique honoris causa remis au Père Fernand Lindsay, par l’Université McGill.
2002
Prix Ramon John Hnatyshyn remis au Père Fernand Lindsay, par la Fondation des Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène.
2001
Père Fernand Lindsay, récipiendaire de la médaille Édouard-Montpetit.
1998
Doctorat en musique honoris causa remis au Père Fernand Lindsay, par l’Université Laval.
1996
Père Fernand Lindsay, récipiendaire du prix Opus Hommage remis par le Conseil québécois de la musique pour souligner les talents des musiciens, interprètes, compositeurs et diffuseurs qui contribuent à la vie musicale du Québec.
Prix de l’Excellence remis au Père Fernand Lindsay, dans le cadre des Grands Prix du Tourisme québécois.
1993
Père Fernand Lindsay, lauréat du prix Calixa-Lavallée décerné par la Société St-Jean-Baptiste de Montréal.
1991
Prix de Distinction national Lescarbot remis au Père Fernand Lindsay, par le ministère canadien des Communications.
1990
Père Fernand Lindsay reçu chevalier de l’Ordre national du Québec.
1987
Père Fernand Lindsay reçu membre de l’Ordre du Canada.
Père Fernand Lindsay récipiendaire du prix des Arts Maximilien-Boucher remis par la Société nationale des Québécoises et Québécois de Lanaudière.
1986
Père Fernand Lindsay décoré de la Médaille des Jeunesses musicales du Canada.

PRIX ET DISTINCTIONS DÉCERNÉS AUX AMI(E)S DU FESTIVAL DE LANAUDIÈRE
2013
Lauréat, catégorie Loisirs et Culture, Trophée Claude-Masson.
2011
Lauréat, catégorie Bénévolat Groupe, Prix Robert-Lussier.

Log in or Sign Up