Sumi Jo

Soprano

L’agilité, la justesse, la chaleur de sa voix ainsi que son exceptionnelle musicalité ont fait de Sumi Jo l’une des sopranos les sollicitées de sa génération. Ses prestations dans les plus grandes maisons d’opéras et salles de concert à travers le monde lui valent de constants éloges, autant de la presse que du public.

Avec plus de cinquante enregistrements, dont celui de Die Frau ohne Schatten avec sir Georg Solti pour Decca London, couronné d’un prix Grammy, et Un Ballo in Maschera sous la direction d’Herbert von Karajan, pour Deutsche Grammophon, Sumi Jo trône au sommet des ventes mondiales dans le domaine du classique. Elle a chanté aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi et pour le pape en Corée, et est apparue, telle qu’en elle-même, dans le film Youth de Paolo Sorrentino, qui met en vedette Michael Caine, et qui a été lancé au Royaume-Uni en janvier 2016. La même année, son interprétation de la chanson-thème du film, Simple Song #3, lui a valu des nominations aux récompenses du Golden Globe, ainsi qu’un Oscar dans la catégorie « Musique – Chanson originale ».

Ces dernières années, Sumi a chanté lors de galas du Hawaii Symphony Orchestra (octobre 2015), et avec Elina Garanca à l’inauguration de la nouvelle Maison d’opéra de Guangzhou. Elle a aussi effectué une tournée avec l‘Academy of Ancient Music, participé à des concerts du Nouvel An avec l‘Accademia Santa Cecilia à Rome, à des concerts gala à Moscou, Saint-Pétersbourg, Londres, à Krasnoïarsk, en Lettonie, à Almaty (République du Kazakhstan), et donné des récitals à la Sala São Paolo, à l’Opéra national du Rhin, à Strasbourg, au Roy Thomson Hall, à Toronto, au Théâtre du Châtelet, à Paris, au Festival Smetanova Litomyšl, en République tchèque, ainsi qu’en Corée, à Tokyo et en Australie.

Au Metropolitan Opera de New York, elle a chanté le rôle-titre de Lucia di Lammermoor, Gilda dans Rigoletto, Olympia dans Les Contes d’Hoffmann, Rosina dans Il barbiere di Siviglia et Oscar dans Un Ballo in maschera. Le public du Teatro alla Scala a pu l’entendre dans des oeuvres aux accents de bel canto telles que Le Comte Ory et Fra Diavolo. Au Teatro Colón de Buenos Aires, elle a incarné Zerbinetta et la Reine de la Nuit, rôle qui a aussi été celui de ses débuts au Wiener Staatsoper. Ses récentes prestations comprennent Fiakermilli dans Arabella au Hamburgische Staatsoper (Opéra national de Hambourg), Madame Mao dans Nixon in China au Théâtre du Châtelet à Paris, Juliette dans Roméo et Juliette au Teatro Municipal de Rio de Janeiro, Fiorilla dans Il turco in Italia au Hamburgische Staatsoper, Rosina in Il Barbiere di Siviglia et le rôle-titre de Manon Lescaut de Auber à l’Opéra Royal de Wallonie à Liège, et le rôle-titre de Lucia di Lammermoor à l’Opera di Firenze.

Née en Corée, Sumi Jo a étudié dans son pays et à l’Accademia di Santa Cecilia, à Rome, où elle a obtenu son diplôme avec distinction en octobre 1986. Son parcours est jalonné de récompenses prestigieuses, dont des premiers prix à des concours internationaux tenus à Séoul, Naples, Enna, Barcelone et Pretoria, et au Premio Internazionale Carlo Alberto Cappelli, à Vérone. En 2003, l’Unesco l’a désignée Artiste de la Paix.

Son calendrier de 2016-2017 et des années à venir comprend des prestations à Canberra, Sydney, Brisbane et Melbourne en Australie, une invitation au concert du Nouvel An lunaire du New York Philharmonic Orchestra au David Geffen Hall (au Lincoln Center), des concerts en hommage à Maria Callas avec l’Orchestre philharmonique de Hong Kong, un récital-bénéfice à Manille, un concert-gala au Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos, à Athènes, des concerts à Toulouse, Taipei et Pingtung avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, le Requiem de Fauré avec l’OSM, ainsi que des récitals à Clermont-Ferrand et à Montréal. Enfin, Sumi Jo se joindra au prestigieux jury du concours BBC Cardiff Singer of the World 2017, qui aura lieu du 11 au 18 juin.

PARTENAIRE PRÉSENTATEUR

HQ_commandite_logo

PARTENAIRES COLLABORATEURS

LaPresse_48_nb    985fm
lg6lg5lg4

Log in or Sign Up