AU RYTHME
DU CLASSIQUE

MERCI D'AVOIR ÉTÉ DES NÔTRES !

45E FESTIVAL DE LANAUDIÈRE : UNE RELANCE INTERNATIONALE RÉUSSIE

Avec quelques semaines de recul, l’équipe du Festival de Lanaudière réalise aujourd’hui à quel point son édition 2022 aura été marquante et charnière pour l’organisation. En plus d’être marqué par le retour d’orchestres et solistes internationaux, ce millésime 2022 a réuni une multitude de projets musicaux uniques, exclusifs et particulièrement ambitieux, comme on en voit dans les plus grands festivals du monde.

REVIVRE LE FESTIVAL

Crédit photo : agence Big Jaw
Amphithéâtre Fernand-Lindsay

Mendelssohn et Schumann, deux astres suivant des trajectoires parallèles, chacun à sa manière le pont entre Beethoven et l’apothéose du romantisme allemand, entre la forme classique sublimée et la démesure de Wagner. Peinture de paysages et réminiscences nostalgiques chez le premier, brio instrumental chez le second – c’est une rencontre passionnante entre Yannick Nézet-Séguin, l’Orchestre Métropolitain et la sublime pianiste Hélène Grimaud, dans ses débuts au Festival.

Amphithéâtre Fernand-Lindsay

Avec sa grandiose tétralogie L’Anneau du Nibelung – le « Ring » – Wagner allait révolutionner l’opéra, son langage musical comme sa portée théâtrale. Une œuvre de dimensions gigantesques, enracinée dans la mythologie fondatrice des peuples nordiques, héritière de la Grèce antique, néanmoins allégorie moderne sur la société, sur le pouvoir, sur l’amour. Du premier acte de La Valkyrie, deuxième des quatre opéras du cycle, Yannick Nézet-Séguin libère les forces vives, entouré de trois des plus grands chanteurs wagnériens d’aujourd’hui. Une soirée épique, après les retentissantes versions concert de Lohengrin, en 2013, et Parsifal en 2017.


REVIVRE LE CONCERT EN VIDÉO

Crédit photo : agence Big Jaw
Crédit photo : agence Big Jaw
Église de Saint-Norbert

Il est des connivences qui dépassent les générations : c’est le cas de celle, musicale et humaine, qui unit William Christie aux étoiles montantes Lea Desandre et Thomas Dunford. Si l’un a révélé les deux autres au grand public, et si de nombreuses années les séparent, tous trois partagent un même goût pour la musique, fait d’audace, de brio, de fantaisie. Retrouvez de savoureuses pépites baroques signées Charpentier, Lambert, des mélodies d’Offenbach…et quelques surprises, avec de jeunes artistes chez qui toutes les qualités semblent réunies – splendeur du timbre, virtuosité, charisme, profondeur, finesse.

Église de Sainte-Mélanie

C’est un événement rarissime : trois jours après le concert des Arts Florissants à l’Amphithéâtre, leur fondateur et directeur musical William Christie se joint à leur nouveau violon solo, coqueluche de la scène baroque en Europe, sacré Révélation aux Victoires de la musique classique, pour un récital intime dans l’une de nos plus belles églises. Entre les envoûtantes sonates de Leclair et de son contemporain Senaillé, c’est à une prodigieuse fête baroque que nous convient le maître et son disciple.

mix0022
Crédit photo : agence Big Jaw
Cathédrale de Joliette

De tous les compositeurs du Grand Siècle auxquels se consacrent inlassablement depuis plus de 40 ans William Christie et les Arts Florissants, Marc-Antoine Charpentier est peut-être le plus emblématique. Ce concert se veut le pendant sacré de la « fête profane » du samedi précédent, à l’Amphithéâtre : une immersion dans la musique religieuse du grand maître du Baroque français, moment de grâce entre ferveur et recueillement. Entre autres merveilles, le public pourra redécouvrir la majesté du Magnificat H. 77, la bouleversante sérénité des Litanies à la Vierge, ou encore la virtuosité d’écriture des Nuptiae sacrae – ce dialogue nuptial évoquant la relation du Christ à son église.

COMMUNIQUÉS DE PRESSE